La brigade vénézuélienne achève son travail en Dominique

nm80201505849571_1718483347

« Nous sommes fiers du travail de notre Force Humanitaire Simón Bolívar avec les peuples du monde. Félicitations ! » a déclaré le ministre Reverol au retour de la brigade au Venezuela.

La brigade vénézuélienne internationale civique et militaire de secours et d’assistance humanitaire Simón Bolívar est rentrée samedi au pays après avoir effectué pendant 10 jours des travaux de soutien logistique en Dominique, une île des Caraïbes touchée par le passage de l’ouragan María.

C’est l’information qu’a donnée le ministre de l’Intérieur, de la Justice et de la Paix Néstor Reverol sur son compte Twitter sur lequel il a donné des détails, le mois dernier, sur chacun des exploits de la Force Humanitaire Simón Bolívar en Dominique.

Le 26 septembre dernier, la brigade Simón Bolívar a donné des soins médicaux à 3 diplomates brésiliens en Dominique.

3 jours avant, elle avait sauvé la vie d’une famille de 4 personnes qui pendant 5 jours était restée coincée dans sa voiture dans un endroit inaccessible de la localité de Castle Bruce. Sara, son mari et leurs 2 enfants ont été soignés immédiatement puisqu’ils présentaient une déshydratation modérée.

La brigade vénézuélienne a aussi mené à bien des opérations de cette sorte à Antigua et Barbuda, et sur l’île de Saint Martin.

Cette brigade a été formée le 3 juin 2005 par le président du Venezuela de l’époque, Hugo Chávez, pour apporter une aide solidaire aux pays du monde touchés par des désastres naturels.

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

https://www.telesurtv.net/news/Brigada-venezolana-finaliza-mision-humanitaria-en-Dominica-20171001-0001.html

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/10/venezuela-la-brigade-venezuelienne-acheve-son-travail-en-dominique.html

Advertisements
Standard

Le Brésil n’acceptera pas d’ingérence étrangère au Venezuela

1

Malgré les déclarations d’ingérence constantes du Gouvernement de fait du Brésil, le ministre de la Défense, Raul Jungmann a assuré vendredi dernier que le Gouvernement brésilien ne tolèrera « l’ingérence ou l’intervention » d’aucun pays en Amérique du Sud pour résoudre la situation politique du Venezuela.

La Colombie, le Panamá, le Brésil et l’Argentine ont soutenu les actions d’ingérence des Etats-Unis dans les affaires du Venezuela qui ont été dénoncées par e Gouvernement Bolivarien. Les autorités vénézuéliennes appellent instamment ces nations à défendre la paix et à abandonner leur position d’ingérence.

« La question vénézuélienne intéresse en premier lieu son peuple et en second lieu notre région. Le soutien politique d’acteurs et de médiateurs d’autres parties du monde est tout à fait le bienvenu mais sur notre continent, aucune forme d’intervention étrangère ne sera admise, » a assuré le ministre brésilien.

Il a ajouté que dans son pays, on cherche « (…) une issue pacifique, de paix, sans conflit, du Venezuela et en second lieu, nous ne voulons aucune sorte d’ingérence ni d’intervention de puissances étrangères à notre continent dans la question vénézuélienne. »

Jungmann a souligné qu’il y a des divergences entre les pays d’ Amérique du Sud sur la situation au Venezuela mais qu’il y a un consensus pour atteindre une « issue pacifique » et sans « ingérence ni intervention » d’autres pays.

Il a fait ces déclarations à propos des menaces que le Venezuela a reçues de Donald Trump, président des Etats-Unis, qui disait envisager une intervention militaire dans le pays.

Plusieurs pays de la région se sont prononcés contre la nouvelle vague de menaces et de sanctions économiques de Trump contre le Venezuela dont la Bolivie et le Nicaragua qui qualifient ces actions de « violations de la charte de l’OEA. »

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://www.correodelorinoco.gob.ve/declaro-el-ministro-de-defensa-raul-jungmann-brasil-no-aceptara-intromision-extranjera-en-venezuela/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/10/venezuela-le-bresil-n-acceptera-pas-d-ingerence-etrangere-au-venezuela.html

Standard

Le chef de la diplomatie russe réitère à l’ONU son appel au dialogue au Venezuela

5744-serguei-lavrov-rusia

Nations Unies, 23 septembre, (RHC).- Le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, a réitéré son appel à un dialogue politique au Venezuela et il s’est prononcé contre la pratique occidentale d’imposer des sanctions.

Durant son intervention à la 72è session de l’Assemblée Générale de l’ONU, le ministre russe des Affaires étrangères a expliqué que les parties en conflit dans ce pays sud-américain ont compris la nécessité de reprendre la voie pacifique pour résoudre les contradictions politiques internes.

Serguei Lavrov a signalé que jusqu’à présent l’Occident ne s’est pas engagé, à l’Assemblée de l’ONU à mettre fin à ses mesures unilatérales.

Edité par Tania Hernánde
Standard

Le Venezuela dénonce des mesures contre son système de change par une banque allemande

6590-vicepresidente-tareck

Caracas, 23 septembre, (RHC).- Le vice président exécutif du Venezuela, Tarek El Aisami, a dénoncé le gel par la succursale aux États-Unis de la Deutsche Bank d’Allemagne des devises pour le régime de change flottant

Le vice président vénézuélien a expliqué que le régime de change se trouve en phase d’adéquation pour l’adapter à une monnaie autre que le dollar pour éviter ainsi de telles attaques contre l’économie vénézuélienne

Edité par Tania Hernández
Standard

Le Venezuela rejette les sanctions imposées par le Canada

6775-venezuela-bandera

Caracas, 23 septembre, (RHC).- Le Venezuela a rejeté les sanctions financières imposées par les autorités canadiennes à 40 fonctionnaires y compris au président Nicolas Maduro.

Un communiqué du Ministère vénézuélien des Affaires étrangères signale qu’il s’agit là d’une flagrante violation de l’esprit et la lettre et des principes des chartes des Nations Unies et de l’OEA, du droit international et des normes qui doivent régir les relations d’amitié et de coopération entre les États

Le texte signale que le Venezuela dénonce devant la communauté internationale ces mesures qu’elle qualifie d’hostiles et d’inamicales lesquelles violent le principe de non ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays.

Edité par Tania Hernández

Source: http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/142272-le-venezuela-rejette-les-sanctions-imposees-par-le-canada

Standard

Le Venezuela affirme que les États-Unis ne sont pas son ennemi

banderas

Unies, 25 septembre (Prensa Latina) À l’ONU, le chancelier du Venezuela, Jorge Arreaza, a affirmé que sont pays ne considère pas le peuple des États-Unis comme un ennemi, et qu’il est disposé à dialoguer avec le gouvernement nord-américain malgré son attitude hostile.

Lors de déclarations offertes à Prensa Latina à la suite de son intervention devant l’Assemblée Générale, il a insisté sur « l’attachement du Venezuela au multilatéralisme ainsi qu’au respect des différences idéologiques et de modèle socioéconomiques ».

« Le peuple des États-Unis est notre ami, nous aimons, admirons et respectons ses apports à la culture, à la science et à d’autres domaines », a-t-il souligné avant de critiquer « les élites qui tentent, depuis Washington, d’imposer leur vision au monde, même si cela implique plus de guerres et de souffrance humaine ».

Selon le chancelier, « l’actuelle administration de la maison Blanche, plus particulièrement son élite suprémaciste et raciste, attaque les propres citoyens nord-américains et, comme effet collatéral, frappe d’autres nations par ses politiques. Dans ce cas précis, le Venezuela ».

Au sujet des nouvelles sanctions des États-Unis, par l’annonce hier de l’intégration du Venezuela au véto migratoire créé par le président Donald Trump, Arreaza a expliqué que Caracas se rendra au maximum de forums internationaux possible pour les dénoncer.

Il estime que « cette mesure est infondée, et ne cherche qu’à détourner l’attention de l’opinion publique étasunienne et à épaissir un dossier contre la Révolution Bolivarienne ».

Dans un communiqué, le gouvernement bolivarien a dénoncé le fait que « Trump a décidé cette mesure coercitive sous le faux argument selon lequel les vénézuéliens représentent une menace terroriste et à l’ordre public étasunien ».

La chancellerie a également répudié le fait que « cette nouvelle action utilise le terrorisme comme un moyen pour atteindre des objectifs politiques, en plus de répandre une opinion erronée du Venezuela ».

La diplomatie sud-américaine a également réaffirmé son « énergique condamnation de l’application de mesures coercitives unilatérales, en flagrante violation des principes inscrits dans la Charte des Nations Unies, du droit international, et des normes qui doivent régirent les relations d’amitié et de coopération entre les États ».

Jorge Arreaza a ensuite réitéré le choix du pays sud-américain de « construire le socialisme, toujours dans le cadre du respect de ceux qui pensent à un autre modèle ».

Par ailleurs, le ministre de la Communication et de l’Information (Minci), Ernesto Villegas, a souligné l’impact favorable du début de la vente du pétrole vénézuélien en yuan et de la consolidation des liens avec la Chine.

Le fonctionnaire a rappelé que le gouvernement vénézuélien a décidé de de commercialiser le brut dans des monnaies alternatives au dollar suite aux sanctions économiques et financières des États-Unis à l’encontre de Pétroles du Venezuela (Pdvsa), principale entreprise étatique du pays sud-américain.

Pour le ministre du Pétrole vénézuélien, Eulogio del Pino, ces sanctions ont l’intention d’éviter que la nation sud-américaine satisfasse ses engagements internationaux et qu’elle ne puisse importer des aliments et des médicaments pour le peuple du Venezuela.

En réponse, le gouvernement bolivarien a mis en place un système de paiement international avec un panier de monnaie qui inclut la devise chinoise.

À ce sujet, Villegas a annoncé que des experts en la matière offriront prochainement des détails sur les chiffres des ventes de l’hydrocarbure.

peo/ocs/wmr/lma/lrd/mem/lrd

Standard

Le pétrole vénézuélien à 318,81 yuans (48,36 $) le baril

1Le panel de pétrole vénézuélien s’est vendu cette semaine à 318,81 yuans en moyenne, ce qui représente une hausse de 12,55 yuans (4,09%) par rapport aux 306,26 de la semaine précédente, a indiqué vendredi le Ministre du Pouvoir Populaire pour le Pétrole dans son rapport hebdomadaire.

La cote du brut est à 48,45 dollars le baril.

Le panel de référence de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) dont le Venezuela est membre est monté cette semaine de 1,38 $ de 52,60 $ à 53,98 $ le baril.

Pendant ce temps, le prix du West Texas Intermediate (WTI), la référence aux Etats-Unis, a augmenté de 1,51 $ pour une moyenne de 50,10 $ cette semaine et le marqueur européen Brent a augmenté de 1,29 $ et clôturé à 55,79 $ le baril.

Le ministre du pétrole a expliqué que les prix des bruts ont augmenté cette semaine, favorisés « par les signes d’une demande de pétrole plus forte et le fait que les pays de l’OPEP et ceux qui n’appartiennent pas à l’OPEP pourraient étendre leur réduction production. »

Le marché pétrolier est attentif à la réunion du Comité de Contrôle de l’OPEP et des pays qui n’appartiennent pas à l’OPEP chargé de surveiller l’accord de réduction de production qui fixe une réduction d’environ 1,8 millions de barils par jour qui a lieu vendredi à Vienne, Autriche.

L’OPEP estime que la demande mondiale de brut a augmenté de 1,42 millions de barils par jour (mbd) pour se situer à 96,77 mbd et que l’année prochaine, elle atteindra 98,12 mbd.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://www.correodelorinoco.gob.ve/petroleo-venezolano-cerro-la-semana-en-31881-yuanes-por-barril/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/09/venezuela-le-petrole-venezuelien-a-318-81-yuans-48-36-le-baril.html

Standard