Communiqué de l’ALBA-TCP sur les sanctions financières de Donald Trump

albatcp-1-620x400

Les pays de l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique-Traité de Commerce des Peuples (ALBA-TCP) expriment leur plus énergique condamnation de l’utilisation de sanctions financières extra-territoriales annoncées par le Gouvernement des Etats-Unis contre la République Bolivarienne du Venezuela le 25 août 2017.

Ces actions, qui violent les principes les plus élémentaires du Droit International ne constitue pas un apport à la résolution du problème du Venezuela mais l’aggravent et affectent la qualité de vie du peuple vénézuélien.

L’ALBA-TCP réaffirme sa solidarité envers la République Bolivarienne du Venezuela et lance un appel à la communauté internationale à se manifester contre cette sorte d’actions extra-territoriales, unilatérales et qui violent le Droit International.

Caracas, 25 août 2017

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2017/08/26/alba-tcp-condena-sanciones-financieras-de-donald-trump-contra-venezuela-comunicado/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/08/venezuela-communique-de-l-alba-tcp-sur-les-sanctions-financieres-de-donald-trump.html

Advertisements
Standard

Venezuela : Les Forces Armées Nationales Bolivariennes accompagneront toutes les mesures pour contrecarrer le blocus des Etats-Unis

inicioejercicio1503753478

Le ministre de la Défense, Vladimir Padrino a condamné samedi l’attaque économique contre le Venezuela annoncée vendredi par le Gouvernement des Etats-Unis et a réaffirmé que les Forces Armées Nationales Bolivariennes (FANB) accompagneront toutes les mesures pour contrecarrer le blocus financier.

« A plus de démocratie au Venezuela, l’Empire répond par plus d’agressions. Avec sa double morale, il dit qu’il y aune crise humanitaire au Venezuela mais ils répondent à cette soi-disant crise par un blocus économique. Les FANB accompagneront toutes les mesures qui seraient prises pour contrecarrer ce blocus financier contre le peuple du Venezuela, » a-t-il signalé sur Venezolana de Televisión.

Lors du début de l’Exercice civique et militaire Souveraineté Bolivarienne 2017, dans les locaux du Groupe Spécial de Commandement de al Garde Nationale Bolivarienne (GNB) à Macarao, Padrino a réaffirmé le caractère souverainiste et indépendant de la République Bolivarienne du Venezuela.

« C’est inscrit dans notre Constitution : nous sommes une République indépendante et souveraine. Nous devons comprendre le vaste concept de souveraineté : la capacité d’un Etat, d’une nation et de son Gouvernement à prendre ses propres décisions. Cette Patrie va continuer à suivre la voie que les Vénézuéliens ont choisie eux-mêmes, » a-t-il assuré.

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://www.avn.info.ve/contenido/padrino-fanb-acompañará-todas-medidas-para-contrarrestar-bloqueo-financiero-eeuu

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/08/venezuela-les-forces-armees-nationales-bolivariennes-accompagneront-toutes-les-mesures-pour-contrecarrer-le-blocus-des-etats-unis.html

Standard

Cuba : Arrivée des premiers boursiers colombiens des FARC pour étudier la médecine

dilsgdsuaaaftqj_0

Dans la soirée de samedi sont arrivés à La Havane les 189 premiers boursiers en médecine sur les 1 000 qui ont obtenu une bourse accordée par le Gouvernement cubain au Gouvernement colombien et aux Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC).

Ce noble geste est la contribution au processus de mise en place des Accords de Paix de La Havane et de l’après-guerre en Colombie.

A leur arrivée dans la capitale, ils ont été reçus par des autorités du ministère de la Santé Publique, du Commerce Extérieur et des Relations Extérieures ainsi que par le recteur de l’Ecole Latino-américaine de Médecine.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://www.minrex.gob.cu/es/llego-cuba-primer-grupo-de-becarios-colombianos-para-estudiar-medicina

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/08/cuba-arrivee-des-premiers-boursiers-colombiens-des-farc-pour-etudier-la-medecine.html

Standard

Venezuela : Blocus financier des Etats-Unis contre PDVSA

opi-620x400

Vendredi 18 août, le président de l’entreprise d’Etat Pétroles du Venezuela (PDVSA) Eulogio Del Pino a dénoncé le blocus financier décrété par les Etats-Unis contre la compagnie pétrolière la plus importante de notre pays. « Ils nous bloquent les paiements, » a affirmé le fonctionnaire à propos de la vente de chargements de pétrole qu’on cherche à faire à l’étranger.

« Nous devons faire du tourisme financier, nous devons aller en Chine, nous devons faire de la triangulation financière puisqu’ils appliquent un blocus financier à notre Patrie, » a assuré Del Pino. Cette situation affecterait directement la réalisation des virements bancaires avec des raffineries.

Le plus haut dirigeant de PDVSA a aussi évoqué le pétrolier de brut vénézuélien immobilisé depuis 1 mois avec au moins 1 million de barils de pétrole sur les côtes de l’état de Louisiane, Etats-Unis. Del Pino a souligné que face à un blocus de cette sorte, les principales entreprises touchées seront les entreprises acheteuses qui se trouvent en territoire états-unien.

« Si quelqu’un va souffrir s’ils imposent un blocus au Venezuela, ce sont ceux de l’empire nord-américain parce qu’ils dépendent de ce brut », a-t-il souligné.

L’équipage de ce bateau, rappelons-nous, attend en ce moment une lettre de crédit1 de la raffinerie PBF Energy pour pouvoir procéder au déchargement du pétrole. L’entreprise destinataire du chargement aurait, selon les rapports, cherché à obtenir sans succès la lettre de crédit requise pour que la remise de al marchandise soit autorisée. On ne sait pas encore quelles sont les banques qui refusent de faciliter ces transactions.

Tout cela arrive au milieu des menaces de sanctions économiques contre le Venezuela annoncées par le Gouvernement du magnat yankee Donald Trump. Plusieurs banques auraient commencé à couper les services qu’elles prêtaient au Venezuela et à limiter leurs opérations avec les partenaires du Gouvernement. Cela a été dénoncé par le président de la République, Nicolás Maduro lui-même qui a affirmé qu’actuellement, il est devenu compliqué de renégocier la dette extérieure du Venezuela.

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

NOTE de la traductrice:

1La “lettre de crédit” dit aussi “accréditif” est un document émis par une banque invitant une de ses succursales, ou une autre banque, de remettre en une ou plusieurs fois et sous certaines conditions, une somme d’argent à une personne dénommée ou à son ordre, d’un montant déterminé dont elle garantit le paiement.

C’est une technique bancaire très utilisée dans le commerce international. Ainsi, un exportateur d’une marchandise conviendra avec l’importateur de cette même marchandise, qu’il en fera l’expédition lorsqu’il sera en possession d’une lettre de crédit souscrite par une banque son profit ou au profit de sa banque d’un montant égal à la valeur de la marchandise et des frais d’expédition.

De son côté l’importateur exigera que le réalisation de l’opération n’ait lieu que contre remise à son banquier, par le banquier de l’expéditeur, d’une facture, d’un certificat d’origine, du connaissement (transport maritime) ou de la lettre de transport aérien (LTA) portant mention de l’embarquement effectif, ce dernier document, éventuellement accompagné d’un constat fait à l’embarquement établissant que la marchandise est conforme à la commande.

L’opération se dénoue en deux temps, d’abord, entre la banque de l’importateur et celle de l’exportateur, et ensuite, entre la banque de l’importateur et ce dernier, lequel lui rembourse les sommes que sa banque a versées.

(http://www.dictionnaire-juridique.com/definition/lettre-de-credit-ou-accreditif.php)

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2017/08/19/venezuelamaniobra-de-estados-unidos-bloqueo-financiero-contra-pdvsa/

URL de cet article :

Standard

Médias : Le nouvel algorithme de Google limite l’accès aux sites de gauche

google-e1503091296533

Trois mois après que Google, qui a le monopole d’internet, ait annoncé des plans pour empêcher que les usagers aient accès à de « fausses informations, » le trafic d’un large éventail d’organisations de gauche, progressistes, opposées à la guerre et défendant les droits démocratiques a baissé de façon significative.

Le 25 avril 2017, Google a annoncé qu’il avait mis en place des changements dans son service de recherche pour rendre plus difficile l’accession des usagers à ce qu’il appelle des informations « de basse qualité » comme « les théories de la conspiration » et les « fausses informations. »

La compagnie a dit dans un post sur un blog que le but central du changement dans son algorithme de recherche était de donner au géant des recherches un meilleur contrôle pout identifier des contenus considérés comme discutables selon ses critères. Elle a déclaré qu’elle avait « amélioré nos méthodes d’évaluation et fait des actualisations de l’algorithme » pour « faire apparaître plus de contenus fiables. »

Google continue : « Le mois dernier, nous avons actualisé nos Critères pour le Positionneur de Qualité des Recherches pour fournir des exemples plus détaillés de pages de basse qualité pour que les positionneurs les signalent correctement. » Ces modérateurs ont pour instruction de signaler « les expériences gênantes d’utilisateurs », y compris les pages qui présentent « des théories de la conspiration » à moins que « la recherche n’indique clairement que l’utilisateur recherche un point de vue alternatif. »

Google n’explique pas précisément ce qu’il veut dire par « des théories de la conspiration. » En utilisant la catégorie large et informe de « fausses informations, » le but du système de recherche de Google est de restreindre l’accès aux sites alternatifs dont la couverture et l’interprétation des événements entre en conflit avec celles des médias de l’establishment comme le New York Times et le Washington Post.

En marquant le contenu de façon qu’il n’apparaisse pas dans les 2 premières pages de résultats d’une recherche, Google est capable de bloquer de fait l’accès des utilisateurs à celui-ci. Etant donné que d’énormes quantité du trafic sont influencées par les résultats des recherches, Google peut, de fait, cacher ou enterrer le contenu qui ne lui convient pas par la manipulation des positionnements des recherches.

Le mois denier, la Commission européenne a donné une amende de 2 700 millions de dollars à la compagnie pour avoir manipulé les résultats des recherches pour diriger les utilisateurs de façon incorrecte sur son propre service de comparaison d’achats Google Shopping. Maintenant, il semble que Google utilise ces méthodes criminelles pour empêcher que les utilisateurs accèdent à des points de vue politiques que la compagnie considère comme discutables.

Le World Socialist Web Site a été la cible des nouvelles « méthodes d’évaluation » de Google. Alors qu’en avril 2017, il a eu 422 460 visites grâce aux recherches sur Google, leur nombre a baissé ce mois-ci à environ 120 000 : une chute de plus de 70%.

Des lecteurs nous ont informés qu’en utilisant des mots clefs comme « socialiste » ou « socialisme », il leur est de plus en plus difficile de localiser le World Socialist Web Site en cherchant sur Google.

Selon le service d’outils d’administration de sites de Google, le nombre de recherches qui ont débouche sur un contenu du World Socialist Web Site (c’est à dire qu’un article de ce site apparaisse dans une recherche sur Google) est tombé de 467 890 par jour à 138 275 dans les 3 derniers mois. La moyenne d’articles dans les recherches, quant à elle, est tombée de 15,9 à 37,2 sur la même période.

David North, directeur de la Direction Editoriale Internationale du WSWS, a déclaré que Google est impliqué dans la censure politique.

« Le World Socialist Web Site existe depuis presque 20 ans, » a-t-il dit « et a réussi à réunir une vaste audience internationale. Au printemps dernier, le nombre de visiteurs uniques sur le WSWS dépassait chaque mois les 900 000.

« Alors qu’un pourcentage important de nos lecteurs accède au site par des moteurs de recherche parmi lesquels Google est le plus largement utilisé. Il n’y a aucune explication innocente à cette chute extraordinairement forte du nombre de lecteurs presque du jour au lendemain, en provenance des recherches sur Google. »

« La prétention de Google de protéger les lecteurs des « fausses informations » est un mensonge motivé par la politique. Google, un monopole de masse, avec des liens très étroits avec l’Etat et les agences de renseignement, bloque l’accès au WSWS et à d’autres sites de gauche et progressistes grâce à un système de recherches truqué. »

Depuis 3 mois que Google a mis en place les changements dans son moteur de recherches, moins de gens ont accédé à des sites d’information de gauche ou opposés à la guerre. Sur la base d’informations accessibles sur Alexa analíticas, d’autres sites qui ont eu des chutes drastiques dans leur positionnement : WikiLeaks, Alternet, Counterpunch, Global Research, Consortium News et Truthout. Même des groupes bien connus de défense des droits démocratiques comme American Civil Liberties Union et Amnesty International semblent avoir été touchés.

Selon Google Trends, le terme « fausse information » a presque quadruplé sa popularité début novembre, au moment des élections états-uniennes quand les démocrates, les médias de l’establishment et les agences de renseignement ont essayé d’imputer à la « fausse information » la victoire de Donald Trump sur Hillary Clinton aux élections.

Le 14 novembre, le New York Times a proclamé que Google et Facebook « affrontaient de plus en plus de critiques sur la façon dont les « fausses informations » sur leurs sites pourraient avoir influencé le résultat des élections présidentielles » et seraient en train de prendre des mesures pour combattre ces « fausses informations. »

10 jours plus tard, le Washington Post publiait un article « L’effort de propagande russe a aidé à diffuser de « fausses informations » pendant les élections, disent les experts » qui citait un groupe anonyme connu comme PropOrNot qui a fait une liste de sites de « fausses informations » qui diffusent de la « propagande russe. »

Cette liste comprend plusieurs sites qualifiés par le groupe de « de gauche. » Il a mis dans sa ligne de mire globalresearch.ca, qui reproduit souvent des articles du World Socialist Web Site.

Après la critique générale de ce qui était un peu plus qu’une liste noire de sites qui s’opposent à la guerre et à l’establishment, le Washington Post s’est vu obligé de publier un démenti en déclarant : « Le Post qui n’a nommé aucun de ces sites, ne soutient pas les déclarations de PropOrNot. »

Le 7 avril, Bloomberg News informait que Google travaillait directement avec le Washington Post et le New York Times pour « prouver les faits » des articles et éliminer les « fausses informations. » La nouvelle méthode de recherches de Google a suivi.

3 mois plus tard, sur les 17 sites déclarés comme sites de « fausses informations » par la liste noire discréditée du Washington Post, 14 ont vu leur positionnement baisser. Le déclin moyen mondial de tous ces sites est de 25% et certains sites ont vu baisser de 60% leur portée mondiale.

« Ces actions de Google constituent une censure politique et sont une attaque manifeste de la liberté d’expression, » a dit North. « Au moment où la méfiance du public envers les médias de l’establishment se généralise, ce géant exploite sa position de monopole pour restreindre ‘accès du public à un large spectre d’informations et d’analyses critiques. »

Source : https://www.wsws.org/es/articles/2017/07/31/goog-j31.html

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2017/08/20/mundo-el-nuevo-algoritmo-de-google-limita-el-acceso-a-sitios-web-de-izquierdas-y-progresistas/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/08/medias-le-nouvel-algorithme-de-google-limite-l-acces-aux-sites-de-gauche.html

Standard

Equateur : Les dirigeants d’Alianza País se réuniront avec Correa pour traiter la crise intérieure

alianzapia-620x400

La députée et secrétaire exécutive d’Alianza País, Gabriela Rivadeneira, se rendra aujourd’hui en Belgique avec le conseiller présidentiel du Président Lenín Moreno, Ricardo Patiño, pour rencontrer l’ex-président de l’Equateur, Rafael Correa.

Cette décision a été prise après une réunion des députés d’Alianza País avec le vice-président équatorien Jorge Glas, jeudi. Lors de cette rencontre, on é décidé de créer une commission pour qu’elle discute avec l’ex-président en Belgique. Cette rencontre aura lieu lundi, selon El Comercio de Ecuador.

Selon Patiño, qui a été ministre de la Défense et des Relations Extérieures de Correa, le but de cette rencontre est de chercher à se rapprocher face à la situation de crise que vit l’organisation politique à cause des différends entre l’ex-président et son successeur. Il a ajouté que le Président Moreno est au courant de ce voyage.

Par ailleurs, il a reconnu que la réconciliation entre l’ex-président et son successeur sera compliquée et qu’il lui revient d’essayer de construire un pont de communication entre les camarades qui ont pris des positions très antagoniques dans le mouvement.

Pendant ce temps, Rivadeneira, interviewée par l’agence Andes, a informé que le but de cette rencontre, en plus de chercher à faire baisser les tensions entre Moreno et Correa, est de définir un ordre du jour pour garantir la continuité de la Révolution Citoyenne.

La réunion au siège d’Alianza País a duré environ 4 heures et s’est déroulée à huis-clos. 50 députés y ont assisté.

Le différend

Moreno et Correa ont un différend public depuis au moins 2 mois. Il a commencé avec les critiques du Président Moreno à propos de soi-disant irrégularités dans les comptes de la République laissés par son prédécesseur.

Correa a accusé Moreno de mentir sur ces chiffres, lui demandant d’expliquer comment, ayant été son vice-président pendant 6 ans, il n’était pas au courant de l’administration des ressources du pays.

Ensuite, Correa lui a reproché les dialogues engagés par e Gouvernement de Moreno, l’accusant de pactiser avec « les ennemis de la Révolution Citoyenne. »

Il a condamné la remise d’un siège pour 100 ans à la Conaie, avec laquelle Correa avait eu de très mauvaises relations pendant son mandat. Il a qualifié cette action d’affront.

Il a aussi dénoncé la soi-disant remise des entreprises d’électricité du pays à l’ex-président équatorien Abdalá Bucaram (1996-97) en échange de son soutien politique.

Correa a menacé de quitter Alianza País si le parti ne le soutient pas dans son rejet du pacte avec Bucaram et de l’éventuel paquet de mesures qu’il prétend imposer au pays.

Le vice-président de l’Equateur, Jorge Glas, a décidé de soutenir Correa en envoyant au Président Moreno une lettre dans laquelle il critique sa gestion. Cette lettre lui a coûté ses fonctions de vice-président.

Moreno, qui n’a pas utilisé les réseaux sociaux pour traiter le différend avec Correa, a publié sur Twitter que jamais il ne les utiliserait pour offenser un Equatorien : « Equatoriens, que les réseaux servent pour la paix et pour l’unité. »

La corruption de Glas

Lors de al réunion de jeudi, le vice-président Jorge Glas qu’on accuse d’avoir reçu des pots-de-vin de l’entreprise brésilienne Odebrecht a répondu aux députés d’Alianza País sur le rapport d’Inspection du champ de pétrole Singue dans lequel on a trouvé des irrégularités.

Glas, qui a dénoncé une soi-disant persécution politique de l’organisme de contrôle, a fait une synthèse de la politique pétrolière de ces 10 dernières années et l’a qualifié de succès.

Il a évoqué le renforcement de la raffinerie d’Esmeraldas qui a subi un incendie après l’intervention, a informé El Comercio de Ecuador.

« S’il y a quelque chose à corriger, s’il y a quelque chose à surmonter, à réviser, ce sont les experts, les techniciens, les fabriques, les entrepreneurs, les constructeurs du réacteur. »

Le 10 août dernier, Glas a comparu pendant 7 heures devant le Procureur de l’Equateur et lui a donné sa version librement et sans avoir prêté serment sur 2 affaires de corruption sur lesquelles on enquête.

En sortant, devant un groupe de journalistes, le vice-président Glas a juré qu’il sera toujours prêt à collaborer avec le Procureur. Cependant, il a réaffirmé que le sujet du champ Singue est un “cas clair de persécution politique de la part de l’Inspection Générale (…) qui obéit à un ordre du jour politique de l’opposition. »

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://www.resumenlatinoamericano.org/2017/08/19/lideres-de-alianza-pais-se-reuniran-con-correa-para-tratar-crisis-interna/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/08/equateur-les-dirigeants-d-alianza-pais-se-reuniront-avec-correa-pour-traiter-la-crise-interieure.html

 

Standard

Venezuela : Communiqué du Ministère des Relations Extérieures sur la déclaration du Groupe de Lima et des Etats-Unis

img_091514202193521420763893

République Bolivarienne du Venezuela

Ministère du Pouvoir Populaire pour les Relations Extérieures

1.La République Bolivarienne du Venezuela condamne catégoriquement les déclarations faites le 18/08/2017 par la porte-parole du Département d’Etat des Etats-Unis d’Amérique concernant les décisions souveraines de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), représentante légitime du pouvoir constituant d’origine, née de la volonté du peuple vénézuélien lors d’élections libres et universelles qui constituent de toute évidence un nouvel acte d’ingérence de l’administration états-unienne dans les affaires intérieures vénézuéliennes en violation des buts et des principes de la Charte des Nations Unies et des règles du droit international.

2.La République Bolivarienne du Venezuela dénonce devant la communauté internationale la campagne de désinformation lancée depuis les grands centres du pouvoir médiatique pour saper une fois de plus la paix et la stabilité sociale de la nation revenues après les élections démocratiques et l’installation de l’ANC après plus de 100 jours de violence et de terrorisme organisés par l’opposition vénézuélienne avec le soutien de l’étranger.

3.La République Bolivarienne du Venezuela condamne énergiquement la nouvelle menace de l’Empire états-unien concernant l’imposition de nouvelles sanctions économiques et diplomatiques à la Patrie de Bolívar qui s’ajoutent à la menace aberrante du Président Donald Trump du 11/08/2017 concernant une intervention militaire contre notre peuple, notre territoire sacré et notre forme de Gouvernement républicaine et démocratique.

4.La République Bolivarienne du Venezuela dénonce devant la communauté internationale le cadre des agressions états-uniennes systématiques et planifiées qui s’exercent clairement au détriment des principes qui régissent les relations pacifiques, de l’esprit de dialogue et de compréhension politique qui doit prévaloir entre les Etats. Le Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique a l’intention de rompre toute forme de relations éventuelles de haut niveau, d’égalité et de coopération avec le Venezuela, sur la base du respect mutuel. Sa politique de menaces, d’insultes et d’ordres impériaux ne correspond pas et n’appartient pas à cette époque de l’histoire et représente le principal risque pour la paix et la stabilité du Venezuela et de Notre Amérique.

5.La République Bolivarienne du Venezuela alerte le monde sur les nouvelles excuses du Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique pour continuer à mettre en marche son plan expansionniste d’agression militaire et d’intervention contre notre Patrie. En utilisant comme bras exécutant une minorité de pays conspirateurs réunis dans ce qui s’appelle lui-même le Groupe de Lima dont la fonction est de justifier la triste histoire de la Doctrine Monroe qu’on appelle maintenant, au XXI° siècle « L’Amérique d’abord », le Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique cherche à recoloniser les peuples indépendants du continent.

6.La République Bolivarienne du Venezuela lance un appel à la communauté internationale et aux peuples libres du monde à condamner collectivement et sans équivoque la conduite hors-la-loi et irresponsable du principal producteur d’armes du monde et du pays du monde qui consacre la plus grosse partie de son budget aux dépenses militaires. La source des relations entre nos pays doit être le droit et non la force abusive ou la menace ou l’utilisation de la force.

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://www.avn.info.ve/contenido/venezuela-rechaza-pronunciamiento-del-departamento-estado-ee-uu-contra-constituyente

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/08/venezuela-communique-du-ministere-des-relations-exterieures-sur-la-declaration-du-groupe-de-lima-et-des-etats-unis.html

Standard