Les Journées de l’Amérique Latine et des Caraïbes s’ouvrent en France

6932-latinoamerica2

Paris, 27 mai (RHC)- Avec plus de 200 activités au programme, les Journées de l’Amérique Latine et des Caraïbes s’est ouverte aujourd’hui en France dans le but de renforcer les liens avec cette région.

Ces journées, qui prendront fin le 9 juin, sont organisées par le ministère français des affaires étrangères et par les ambassades à Paris de pays latino-américains tandis que les nombreuses activités prévues auront lieu dans une vingtaine de villes françaises.

Cette fois-ci ces journées sont dédiées spécialement aux Caraïbes raison pour laquelle il y aura d’importantes activités dont le colloque sur le rôle de cette zone dans la relation stratégique entre l’Union Européenne et la CELAC, la Communauté des États Latino-américains et Caribéens.

Un séminaire sera aussi organisé sur « La Vocation africaine de Cuba » afin de débattre des relations entre les deux parties sur deux dimensions : Cuba comme acteur de luttes politiques et comme principale source d’inspiration dans la construction de l’état.

Edité par Reynaldo Henquen

Publié le 28 Mai 2017 par Bolivar Infos

http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/130957-les-journees-de-l’amerique-latine-et-des-caraibes-s’ouvrent-en-france

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/05/amerique-latine-les-journees-de-l-amerique-latine-et-des-caraibes-s-ouvrent-en-france.html

Standard

LA BOLIVIE RÉAFFIRME SON PLEIN APPUI AU VENEZUELA

5441-banderabolivia

La Paz, 9 mai (RHC)- La vice-ministre des affaires étrangères de la Bolivie, Guadalupe Palomeque, a réaffirmé le plein appui de son pays au gouvernement du Venezuela au sein de la CELAC, la Communauté des États Latino-américains et Caribéens et de l’OEA, l’Organisation des États Américains.

Guadalupe Palomeque a relevé que son pays défendra au sein de ces deux organismes le respect du principe de la non-ingérence et les normes du droit international.

La vice-ministre bolivienne des affaires étrangères a également souligné que l’Exécutif bolivien a confiance dans l’Assemblée Constituante convoquée par le président du Venezuela Nicolás Maduro pour promouvoir un espace de dialogue et de paix dans ce pays.

Edité par Reynaldo Henquen

http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/129337-la-bolivie-reaffirme-son-plein-appui-au-venezuela

Standard

AMÉRIQUE LATINE : LE FRONT LARGE DE L’URUGUAY DÉNONCE LE PLAN DES ETATS-UNIS

frente_amplio_uruguay_amxrica_latina_estados_unidos_xfrente_amplio_1718483347

Le Front Large de l’Uruguay, lors de son VI° Congrès qui s’est achevé ce samedi a condamné les plans des Etats-Unis en Amérique Latine destinés à briser l’unité des peuples et des Gouvernements et les tentatives pour isoler le Venezuela de la région comme ils ont tenté de le faire avec le Révolution Cubaine.

Dans une motion approuvée après une journée de débats et de réflexion, le mouvement politique a souligné que dans le cadre des tentatives de l’impérialisme états-unien, ils cherchent à « diaboliser » le Venezuela et à l’isoler de a région comme ils l’ont fait pour pour Cuba.

Ce samedi s’est achevé la quatrième réunion intermédiaire qui a débuté en novembre dernier pour les nouveaux accords politiques et idéologiques de cette force de gauche. 4 axes thématiques ont été discutés : la situation mondiale, le développement soutenable, l’Etat, le marché et la société, le pouvoir et le gouvernement.

Le Front Large a rappelé dans le chapitre 2 de cet accord que les Etats-Unis sont intervenus militairement dans de nombreux pays, faisant des « destructions matérielles, tant des civils et imposant des Gouvernements. »

les membres du parti ont assuré que l’amélioration de la vie de la population doit être accompagnée par une véritable bataille culturelle sur « la consommation effrénée. »

Il sont ajouté que dans ce monde globalisé, conflictuel et agressif, l’Uruguay insiste sur l’intégration non seulement commerciale des pays d’Amérique Latine mais sur la complémentarité de la production, sur la complémentarité sociale, de genre, ethnique, sur la diversité et sur la reconnaissance de l’histoire commune.

Publié le 10 Mai 2017 par Bolivar Infos

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://www.telesurtv.net/news/Frente-Amplio-denuncia-plan-de-EE.UU.-en-America-Latina-20170507-0013.html

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/05/amerique-latine-le-front-large-de-l-uruguay-denonce-le-plan-des-etats-unis.html

Standard

CUBA-ETATS-UNIS: L’ÉCRIVAIN QUI S’EST MOQUÉ DE LA CIA

4-historias-de-vida

Table Ronde, émission du 7 avril 2017

Raúl Antonio Capote Fernández (La Habana, 1961), écrivain, chercheur, journaliste et professeur à l’Université de Pédagogie Enrique José Varona fut présenté devant l’opinion publique le 4 avril 2011 comme l’un des personnages des « Raisons de Cuba », une série qui a révélé l’identité d’un certain nombre d’agents de al Sécurité Cubaine que l’Agence Centrale de Renseignement (CIA) avait cru recruter pour ses plans d’intervention dans le destin de Cuba.

Le 17 février dernier, en l’honneur de tes camarades des « Raisons de Cuba », tu as écrit un texte qui est presque un plaidoyer. Nous devons rappeler qu’entre février et avril, tu as été le dernier du groupe que la CIA avait cru recruter à être révélé au public. Pourquoi avez-vous écrit cette lettre ? Sentez-vous que le danger de l’attaque que vous avez dénoncée cette fois-là n’est pas passé ?

« L’une des raisons fondamentales était la tendance à la retraite. Beaucoup pensent que l’idéal serait que nous, nous nous reposions parce que nous avons déjà accompli notre mission. Un révolutionnaire ne se retire jamais, surtout s’il sait que l’ennemi continue à être présent et que les choses que nous dénoncions il y a 6 ans sont plus dangereuses. »

Avez-vous suivi le travail de subversion envers la jeunesse cubaine ?

« Il est plus important que jamais. Quand on rappelle ce qu’on a dénoncé, par exemple, le projet Génesis, beaucoup des choses que nous dénoncions se sont accomplies.

Je me souviens que pendant les années où j’étais en mission, on parlait d’apprendre à Cuba à prendre goût à l’argent, le goût des avantages que le capitalisme peut apporter et simplement nous n’allons rien faire. Jusqu’à ce que nous fassions des concessions politiques, ils ne vont pas céder ni éliminer aucune des choses essentielles du blocus. C’est arrivé dans la pratique. »

Les projets pour lesquels Raùl a été recruté essayaient de semer des dirigeants au service des Etats-Unis pour remplacer la génération historique de la Révolution.

« Ils ont compté de 10 à 15 ans. Et ils ont eu besoin de créer des dirigeants qui puissent être au service du Gouvernement nord-américain pour changer le système politique cubain et en finir avec la Révolution Cubaine.

Il y a eu 10 ans de guerre culturelle très forte qui s’est mise en place avec le temps. Notre dénonciation a compliqué ces plans. Elle les a obligés à apparaître publiquement. »

Le 4 avril 2011, Raúl Antonio Capote Fernández fut présenté devant l’opinion publique comme l’un des personnages des « Raisons de Cuba. »

On voulait que tu crées une agence littéraire, une activité qui attirerait les jeunes. L’un de ces projets était de faire, depuis Cuba, une guerre électronique qui provoque un accident.

« Dans un chapitre des « Raisons de Cuba, » on dénonçait un plan qui simulait une agression depuis Cuba en utilisant un virus informatique qui provoquerait la chaos dans les aéroports des Etats-Unis. Cette attaque aurait pu provoquer de nombreuses et terribles morts. Et ça aurait été la justification idéale pour attaquer Cuba. »

Nous devrions produire à nouveau les « Raisons de Cuba. »

« Pour leur actualité. C’est l’une des raisons de cette fameuse lettre. Nous, nous pensions que nous ne devions pas oublier cette lutte. Nous avions besoin de continuer le combat en première ligne. »

C’est le père Zardiñas qui t’a baptisé, c’était le curé de la Sierra Maestra. En quelle année es-tu né ? Qui était ta mère ? La vie de risques qu’a choisi Raúl Capote a-t-elle à voir avec les médailles sur la poitrine de ta mère et avec le fait d’avoir été baptisé par un homme comme le père Zardiñas ?

« Ma mère et mon père m’ont formé. C’étaient des gens qui se consacraient à la Révolution. Quand je suis né, ils étaient policiers. Mon père était directeur de la Brigade Universitaire José Antonio Echevarría. J’imagine ma mère à 18 ans, une femme de la ville qui a vécu aux Etats-Unis. Elle a escaladé une montagne où il y avait des hommes de l’université. Elle est arrivée avec 3 camarades de plus. Elle a exigé de mon père qu’elles soient présentes dans la lutte qu’ils menaient dans l’Escambray. Elles ont été des exemples d’engagement. Elles ont participé aux combats, ont supporté les mêmes vicissitudes que pendant une campagne. »

Ta mère est aussi allé en Irak ?

« Comme traductrice. Elle nous parlait de toute la beauté de ce pays de l’intérêt d’Hussein à récupérer la mémoire historique de l’Irak. Je me souviens avec beaucoup de douleur de ces images de bombardement sur Bagdag il y a 14 ans. »

Abel Prieto a dit : « La CIA a découvert Raúl Antonio Capote, un écrivain talentueux, critique, dont plusieurs livres ont été publiés et qui, en tant que vice-président le l’association Hermanos Saíz à Cienfuegos avait combattu les incompréhensions et les lourdeurs bureaucratiques. Ainsi est né l’agent Pablo qui avait pour mission d’envoyer à la CIA des évaluations périodiques de l’état d’esprit de a population cubaine dans toutes les situations, surtout dans le domaine culturel et littéraire. Il devait aussi créer une agence littéraire et ensuite une fondation à visée éducative. Pablo pouvait devenir une pièce clef du démantèlement des institutions révolutionnaires. »

Tu es un homme engagé envers l’histoire de ta famille. Qu’est-ce que la CIA a vu en toi pour t’engager ?

« Ils ont confondu non-conformisme et rébellion avec dissidence. Je suis d’une génération qui est née dans la Révolution. L’image du Che est très présente en nous. Un homme qui affrontait le mal fait. Le travail que fait l’association Hermanos Saíz affronte souvent des contradictions bureaucratiques de toute sorte. Nous défendions la politique culturelle de la Révolution, nous croyions en elle avec ferveur. Au nom de la Révolution, nous affrontions beaucoup de choses. »

L’être humain entre ce que tu es et ce que tu dois sembler être. Combien ces années pendant lesquelles même Tatiana ne savait pas ont été dures bien qu’à aucun moment, elle n’a dû savoir.

« A un certain moment, j’ai dû lui demander de l’aide pour qu’elle collabore avec nous parce qu’un fort conflit humain était en train de se créer entre nous. »

Tu étais sur le point de monter les échelons dans ton travail avec la Sécurité Cubaine. Cependant, on décide de dévoiler ton identité. Tu dois avoir respiré.

« Ca a été un mélange de sentiments. D’une part, on apprend l’importance de ce que tu fais parce que ce travail est nécessaire. C’est un engagement dont on finit par jouir. C’est un jeu d’intelligence délicat. Et d’autre part, j’avais terriblement envie que les gens sachent qui j’étais. »

C’est vrai qu’ils t’appellent encore en croyant que tu es otage de la Révolution.

« Ils m’appellent parce qu’ils ne croient pas que nous, les personnes, agissions par conviction. A tout moment, ils me laissent des messages : nous sommes prêts à publier tes livres. Je suis presque devenu un écrivain disparu pour eux et en fait, ce n’est pas cela. »

Où en est la guerre culturelle ?

« Je pense qu’elle est à son point culminant. Cette guerre contre Cuba a toujours existé, elle a toujours été intense. Pendant ces derniers 10 ou 15 ans, elle s’est intensifiée. On cherche à créer une masse critique à Cuba qui perde les valeurs fondamentales de la Révolution. Ils continuent à croire qu’il est possible qu’ils aient gagné des espaces dans la population cubaine. Ils ont un plan d’affaiblissement idéologique. »

Publié le 10 Mai 2017 par Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://mesaredonda.cubadebate.cu/mesa-redonda/2017/04/10/el-escritor-que-burlo-a-la-cia-video/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/05/cuba-etats-unis-l-ecrivain-qui-s-est-moque-de-la-cia.html

Standard

Cuba : Pour la restitution du territoire occupé par la base navale de Guantanamo

f0011813

Maria do Socorro Gomes, présidente du Conseil mondial pour la paix, a renouvelé son soutien à Cuba dans sa demande pour la restitution du territoire illégalement occupé par la base navale des États-Unis.

Auteur: Jorge Luis Merencio Cautín | internet@granma.cu

Le président du Mouvement cubain pour la paix a salué la participation de délégués et d’invités de 32 pays, Photo: Lorenzo Crespo

GUANTANAMO.— Maria do Socorro Gomes, présidente du Conseil mondial pour la paix, a renouvelé son soutien à Cuba dans sa demande pour la restitution du territoire illégalement occupé par la base navale des États-Unis.

Dans son intervention à la 1ère session de travail du 5e Séminaire international pour la paix et pour l’abolition des bases militaires étrangères, qui se déroule du 3 au 6 mai dans cette province de l’est du pays, elle a également appelé à appuyer Cuba dans sa revendication en faveur de la levée du blocus économique, commercial et financier depuis plus de 50 ans par les États-Unis.

Le discours d’ouverture a été prononcé par le président du Mouvement cubain pour la paix, Silvio Platero Yrola.

Le Séminaire, qui réunit 248 délégués et invités de 32 pays, s’est déroulé en présence de Denny Legra Azahares, membre du Comité central et Premier secrétaire du Parti dans la province, et Emilio Matos Mosqueda, vice-président de l’Assemblée provinciale du Pouvoir populaire.

Ce Séminaire est organisé par le Conseil Mondial pour la Paix, le Mouvement cubain pour la Paix et la souveraineté des peuples et l’Institut cubain d’amitié avec les peuples.

Publié le 7 Mai 2017 par Bolivar Infos

http://fr.granma.cu/cuba/2017-05-05/soutien-a-la-revendication-de-cuba-pour-la-restitution-du-territoire-occupe-par-la-base-navale-de-guantanamo

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/05/cuba-pour-la-restitution-du-territoire-occupe-par-la-base-navale-de-guantanamo.html

Standard

Lula et Pepe Mujica exhortent l’Amérique Latine à reprendre la voie du progrès

9576-lulcoco

Sao Paulo, 6 mai (RHC)- Les ex-présidents Luiz Inacio Da Silva Lula, du Brésil et José Mujica, de l’Uruguay, ont appelé les peuples de l’Amérique Latine à reprendre la voie du progrès et à freiner la progression de la droite dans la région.

Lors de l’ouverture du congrès régional du Parti des Travailleurs, dans la ville brésilienne de Sao Paulo, José Mujica a relevé que c’est seulement avec l’unité que l’on peut remporter la victoire dans la bataille continentale qui est livrée actuellement.

Il a également mis l’accent sur la responsabilité qui revient au Brésil dans cette lutte.

Pour sa part, Lula a indiqué qu’il y a une progression internationale de l’extrême-droite. Il a mis les exemples de l’élection de Donald Trump aux États-Unis et de la polarisation dans les élections françaises.

L’ex-président brésilien a également réaffirmé son intention de présenter sa candidature aux élections de 2018. Il a critiqué les réformes économiques impulsées par le gouvernement du président Michel Temer lesquelles portent atteinte aux acquis historiques obtenus par les syndicalistes.

Publié le 7 Mai 2017 par Bolivar Infos

Edité par Reynaldo Henquen

http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/129127-les-ex-presidents-du-bresil-et-de-l’uruguay-exhortent-l’amerique-latine-a-reprendre-la-voie-du-progres

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/05/amerique-latine-lula-et-pepe-mujica-exhortent-l-amerique-latine-a-reprendre-la-voie-du-progres.html

 

Standard